Université de Strasbourg

Hybrides supramoléculaires

Hybrides supramoléculaires ADN-Triarylamine : vers la construction de nano-circuits origamis auto-assemblés

Fellow USIAS : Emilie Moulin

Un des objectifs majeurs dans le domaine des nanotechnologies a trait à la fabrication de circuits électroniques miniutarisés à l’extrême. Pour atteindre ce but, les molécules d'ADN capables de s’auto-assembler de manière très précise ont été envisagées comme des outils prometteurs depuis la fin des années 90. Cependant, leur conductivité électrique limitée et peu reproductible a affaibli cette approche. Plusieurs stratégies alternatives ont été proposées pour créer des hybrides d'ADN conducteurs, notamment en utilisant des métaux, des semi-conducteurs inorganiques ou des films polymères conducteurs, mais ces méthodes s'avèrent aujourd’hui peu sélectives et adressables, deux paramètres clés pour construire des nanocircuits.

Pour parer à ces problèmes, notre projet propose d’intégrer des nanofils supramoléculaires hautement conducteurs à base de triarylamines structurés sur un gabarit d'ADN. Nous espérons obtenir par cette méthodologie innovante des caractéristiques structurelles et fonctionnelles uniques (conductivité élevée, malléabilité, spécificité à une séquence d'ADN, adressabilité en 2D et 3D). En combinant une construction  chimique précise à l'échelle moléculaire et certains principes d'auto-assemblages, nous espérons programmer l’auto-organisation de ce nouveau type de matériaux hybrides  en nanocircuits. Ce projet espère impacter le domaine naissant de l'électronique biosupramoléculaire.


Investissements d'Avenir