Université de Strasbourg

Pierre Mobian

Biographie - Pierre Mobian

Chimie de la matière complexe (CMC) - UMR 7140, université de Strasbourg et CNRS

Pierre Mobian, USIAS Fellow 2020Pierre Mobian a obtenu un doctorat en chimie de coordination à l’université Louis Pasteur de Strasbourg en 2003. Cette thèse, réalisée sous la direction des professeurs Jean-Pierre Sauvage et Jean-Marc Kern, portait sur la synthèse de machines moléculaires mises en mouvement sous l’action de la lumière. Il a ensuite rejoint l’équipe du professeur Jérôme Lacour à l’université de Genève (Suisse) pour un séjour postdoctoral de deux années visant à synthétiser des cations organiques énantiomériquement purs. Après une année supplémentaire en tant que chercheur postdoctoral au sein du laboratoire dirigé par le professeur Jean-Pierre Sauvage, à nouveau dans le domaine des machines moléculaires, il obtient en 2006 un poste de maître de conférences dans l’équipe du professeur Marc Henry. Depuis cette nomination, il développe une chimie contrôlée du titane(IV) appliquée à trois domaines principaux : la création d’architectures auto-assemblées, la formation d’oxo-clusters pour des matériaux hybrides et l’élaboration de médicaments anti-cancéreux. Ses intérêts scientifiques sont très larges et incluent la chimie de coordination, la chimie organique, la chiralité moléculaire et la chimie des matériaux.

En 2017, il obtient son habilitation à diriger des recherches. Il y deux ans, il a été professeur invité au sein de deux universités japonaises (le Tokyo Institute of Technology et l’université de Nagoya). Il est lauréat de trois appels à projets. Par ailleurs, il est co-responsable de la licence de chimie de la faculté de chimie de Strasbourg.

Projet - Synthèse asymétrique d’oxydes métalliques issus d’oxo-clusters générés au sein de cages organiques chirales autoassemblées

01/11/2020 - 30/04/2022

Les oxydes métalliques et les oxydes métalliques mixtes constituent une catégorie de matériaux inorganiques particulièrement importante qui possède une large variété de propriétés physiques comme la conductivité, le ferromagnétisme, l’antiferromagnétisme, la pyroélectricité ou la piézoélectricité. La plupart de ces propriétés comme la ferroélectricité, la pyroélectricité ou la piézoélectricité découlent directement de la symétrie des réseaux cristallins et plus de 500 oxydes ayant un système cristallin non centrosymétrique ont été décrits dans la littérature. Parmi ces oxydes non centrosymétriques, beaucoup (environ 200) sont énantiomorphes, c’est-à-dire que les deux énantiomères de l’oxyde sont formés durant la croissance cristalline.

Contrairement à la chimie de coordination ou à la chimie organique qui proposent de nombreuses méthodes synthétiques pour accéder à des composés énantiomériquement purs, la synthèse asymétrique de matériaux inorganiques est très peu développée. Néanmoins, la Nature a démontré que l’hélicité d’architectures biominérales peut être contrôlée grâce à des molécules biologiques énantiomériquement pures. La synthèse de systèmes chiraux inorganiques non biologiques demeure un important défi scientifique.

Ce projet propose de développer une méthode synthétique générale combinant la chimie d’auto-assemblage et la chimie des oxo-clusters afin d’accéder à des phases inorganiques énantiomériquement pures via le transfert d’une information chirale de la molécule vers le solide inorganique. Les oxydes métalliques énantiomériquement purs seront obtenus à partir d’oxo-clusters hybrides par calcination. Ces oxo-clusters vont être formés en faisant réagir une cage chirale et un alcoxyde métallique. L’environnement offert par cette cage chirale tridimensionelle gouvernera la croissance du cœur oxo-métallique. Des réactions de formation d’imines seront mises en œuvre afin d’obtenir en une étape des cages incorporant des groupes coordinants dirigés vers l’intérieur des cages. Une perspective à long terme consistera à fabriquer des films fins chiraux d’oxyde métallique grâce à des techniques de déposition en s’appuyant sur la bonne solubilité attendue dans les solvants organiques de ces cages emprisonnant un oxo-cluster.

Biographie post-doc - Midhun Mohan

Chimie de la matière complexe (CMC) - UMR 7140, université de Strasbourg et CNRS

Midhun Mohan

Midhun Mohan a obtenu sa licence de chimie à l’université Mahatma Gandhi (Inde) en 2010, suivie d’un master en sciences et technologie des polymères du National Institute of Technology Calicut (Inde) en 2013. Au cours de son master, il a travaillé sur la biochimie inorganique sous la supervision du Dr. Chellaiah Arunkumar, en se concentrant sur les matériaux à base de porphyrines montrant des propriétés optiques non linéaires. En parallèle, il a effectué un stage au sein de Synthite Industries Ltd., où il a travaillé sur la synthèse de colorants alimentaires noirs naturels ainsi que la synthèse de nanoparticules de curcumine. En 2013, il a rejoint le National Institute for Interdisciplinary Science and Technology (Inde) en tant qu’assistant de recherche sous la supervision des Drs. U. S. Hareesh et Balagopal N. Nair, pour une période de deux ans. Il y a travaillé sur un projet du Bhabha Atomic Research Centre (BARC) fondé sur la synthèse et la granulation par pulvérisation de poudres de phosphate de lanthane pour les revêtements d’isolation thermique. Il a ensuite travaillé sur les modifications de surface des cucurbituriles pour des études de sorption du CO2 à basse température.

Depuis 2016, Midhun Mohan travaille au sein de l’université du Québec à Trois-Rivières (Canada), où il effectue son doctorat sous la supervision du Dr. Adam Duong. Au cours de ses recherches, intitulées « Conception, synthèse, propriétés et applications des réseaux de coordination à base de pyridone », il s’est concentré sur la synthèse et le développement de nouveaux ligands organiques et polymères de coordination, dont des réseaux métallo-organiques, plus spécifiquement pour des applications en matière de capteurs, de stockage et de séparation des gaz.

Au cours de sa carrière, Midhun Mohan a reçu deux bourses canadiennes de premier plan (bourse canadienne du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II et bourse du Fonds de recherche du Québec - Nature et Technologies B2X), et a obtenu divers prix et bourses dans le cadre de conférences. Il a également publié dans de prestigieuses revues scientifiques internationales à comité de lecture.

Liens

Investissements d'Avenir