Université de Strasbourg

Séminaire Fellows USIAS : Strasbourg, laboratoire de la modernité

Le 25 avril 2019
De 12h30 à 14h00

Par Alexandre Kostka, SAGE, USIAS Fellow 2015

Strasbourg, laboratoire de la modernité. Nouvelles perspectives sur un passé "allemand" commun. Un projet de recherche et son développement.

La période 1880-1918 fut une période cruciale pour Strasbourg, au cours de laquelle la capitale du Reichsland Elsass-Lothringen, reprise par la France après 1918, a servi de « laboratoire » à l’Allemagne et à la France. Chacun de ces pays a investi l’espace urbain pour présenter ses aspirations à l’hégémonie culturelle en Europe.

Alors que certaines approches précédentes ont plutôt insisté sur l’aspect nationaliste et propagandiste des politiques culturelles mises en œuvre par les musées, l’université et différents projets d’architecture et d’urbanisme, ce projet entend montrer que les méthodes d’investigation utilisées avaient également un effet performatif, tendant à « construire » (non nécessairement de manière totalement inconsciente) les différences qu’elles entendaient établir entre les aspects « allemands » et « français ».

Il importe donc de reconnaître la nature particulière du patrimoine culturel à Strasbourg en tant que complexe sémantique disputé (un « héritage contesté », selon l’expression de J. Tunbridge), et de localiser la ville en tant qu’« espace » spécifique (une « géographie du savoir », D.N. Livingstone, C. Jacob), dans lequel s’effectuent des négociations complexes entre des autodéfinitions culturelles et des projections identitaires concurrentes. Mené en étroite coopération avec les Musées de Strasbourg, ce projet associe universitaires et conservateurs de musées de Strasbourg, Berlin, Paris et Munich ainsi que d’autres villes.

Le projet USIAS a permis plusieurs recherches importantes dans ce domaine, notamment la numérisation des archives d'un des protagonistes de la rénovation culturelle de 1890-1914, Charles Spindler, et le projet de rénovation du bain municipal de Strasbourg. En outre, il a permis des recherches et une exposition sur Strasbourg et son homologue à l’est, l'actuelle ville polonaise de Poznan (anciennement Posen), capitale de la région prussienne du même nom. Vers la fin du XIXe siècle, Strasbourg et Poznań devinrent des capitales des territoires annexés de l’Empire allemand (1871-1918). Ils étaient censés jouer un rôle représentatif pour soutenir les prétentions impériales du gouvernement allemand, qui se traduisaient notamment par des similitudes dans la construction des extensions urbaines, dans l’architecture et l’aménagement urbain.

 

Investissements d'Avenir