Université de Strasbourg

Todd Reeser

Biographie - Todd Reeser

Université de Pittsburgh, États-Unis & Fellow USIAS, Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE) - UMR 7363, université de Strasbourg et CNRS, France

Todd Reeser, USIAS Fellow 2021Todd W. Reeser est professeur de français et d’études sur le genre, la sexualité et les femmes, responsable du département de français et d’italien et ex-directeur d’études sur le genre, la sexualité et les femmes de l’université de Pittsburgh (États-Unis).

Ses recherches se situent à l’intersection des études françaises et des études sur le genre/la sexualité, avec une focalisation spécifique sur la politique, l’identité et la culture. Elles associent des approches théoriques de pointe à des lectures contextualisées attentives de divers types de textes. Leur cadre temporel s’étend du début de l’époque moderne aux 20e/21e siècles.

Il a publié deux livres dans le domaine des études pré-modernes : Moderating Masculinity in Early Modern Culture (University of North Carolina Press, 2006) et Setting Plato Straight: Translating Ancient Sexuality in the Renaissance (University of Chicago Press, 2016). Ce dernier ouvrage a remporté en 2017 le prix Gordan du meilleur livre d’études sur la Renaissance, décerné par la Renaissance Society of America. 

Le professeur Reeser travaille également dans le domaine des études contemporaines sur le genre/la sexualité. En 2010, il a publié Masculinities in Theory (Blackwell), aujourd’hui une monographie largement citée apportant une série de modèles théoriques permettant d’envisager les études de la masculinité sous un angle littéraire/culturel, tout particulièrement influencé par la pensée post-structuraliste. Ses recherches plus récentes élargissent ce projet à la relation entre l’étude des affects et la masculinité, et le professeur Reeser travaille actuellement à l’édition d’un volume de premier plan sur le genre et l’affect chez Routledge, tout en rédigeant un livre sur le cinéma queer français du 21e siècle pour Manchester University Press. Il travaille également sur la monographie Transgender France: Universalism and Sexual Subjectivity, qui étudie la manière dont la création et le développement de la catégorie transgenre/transsexuel en France, qui a débuté dans les années 1950, est en relation avec les idées politiques sur le citoyen « universaliste ».

Au cours de son séjour à Strasbourg, Todd Reeser sera accueilli par la professeure Marine de Lassalle au sein de l’UMR Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE).

 

Projet - La France transgenre : universalisme et subjectivité sexuelle

01/12/2021 - 30/11/2022

En France, l’omniprésent principe d’universalité signifie que juridiquement, un citoyen est d’abord défini comme un citoyen et ensuite comme membre d’une catégorie identitaire ou communautaire « particulière » (par exemple musulman, femme, homosexuel). En tant qu’élément majeur d’identité nationale, l’universalisme français a été largement étudié et cité, souvent en rapport avec des catégories spécifiques. Étendant la question de la relation entre universalisme et identité à des territoires inconnus, mon projet de livre Transgender France : Universalism and Sexual Subjectivity met en avant deux arguments sur le contexte français fondés sur l’histoire : que l’universalisme a défini la représentation de sujets transgenres depuis la création de la catégorie transsexualité des années 1950 à aujourd’hui ; que la représentation trans a modéré mais aussi critiqué l’universalisme français plus largement, révélant un postulat indicible de l’universalisme, à savoir sa fondation biopolitique dans l’idée d’un corps inviolable et au genre stable. J’étudie à travers cinq chapitres comment cette relation est articulée « officiellement » dans le discours médical, psychanalytique et juridique, mais aussi dans des sources plus populaires (télévision, films, documentaires, journaux, tabloïds, littérature, théâtre, autobiographies) à travers d’attentives lectures contextualisées.

Ce projet interdisciplinaire aura un écho à la fois en études de genre et en études françaises, mais également dans les études des médias, la communication et l’histoire de la médecine. Dans la mesure où la France exerce un tel contrôle sur la médecine et la façon dont sont produits et reproduits des corps « sains », ce contexte national offre une étude de cas particulièrement importante sur la manière dont transgenre et État-nation s’associent. Malgré la connexion proche entre la culture française et la transidentité, il n’existe aucune monographie sur la France transgenre en anglais, et les travaux français sur ce sujet ne comportent pas d’approche politique de la représentation. Ce livre contribuera à corriger la focalisation sur les contextes anglophones dans le champ bourgeonnant des études transgenres.

Investissements d'Avenir