Université de Strasbourg

Mickaël Labbé

Biographie - Mickaël Labbé

Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine (CREPHAC) - UR 2326, université de Strasbourg, France

Mickaël Labbé, USIAS Fellow 2021

Mickaël Labbé est agrégé et docteur en philosophie. Depuis 2017, il est maître de conférences en esthétique et philosophie de l’art à la faculté de philosophie de l’université de Strasbourg.

Auteur d’une thèse sur la pensée architecturale de Le Corbusier, ses recherches portent depuis plus de dix ans sur la philosophie de l’architecture envisagée sous deux aspects principaux : compréhension de l’histoire de la construction de celle-ci en tant que discipline ; constitution d’une philosophie politique et sociale de l’architecture de la ville. Ses recherches actuelles visent à comprendre les enjeux environnementaux et sociaux à l’ère de l’Anthropocène en tant qu’ils mettent en jeu les conditions architecturales, urbaines et spatiales de l’habitabilité de la Terre.

Outre de nombreux articles sur ces sujets, il est notamment l’auteur des Textes-clés de philosophie de l’architecture. Formes, fonctions et significations (Vrin, 2017), de Reprendre place. Contre l’architecture du mépris (Payot, 2019) et de La Philosophie architecturale de Le Corbusier. Construire des normes (Presses Universitaires de Rennes, 2020). Il a également dirigé les volumes Le Corbusier : penser en architecture (Vrin, 2013), Atmosphères : philosophie, esthétique, architecture (Vrin, 2019) et Entre philosophie et architecture (Archives de Philosophie, 2020).

Projet - Par-delà ville et nature : architecture, ville et nature à l’ère de l’Anthropocène

01/11/2021 - 31/10/2023

Face au défi majeur lancé par l’Anthropocène aux conditions d’habitabilité de la Terre, la pensée écologique a entrepris, depuis plus d’une décennie, de déconstruire l’une des sources supposées de la crise, à savoir la dualité naturaliste-moderniste entre nature et culture. Pourtant, force est de constater que ce « grand partage », partout déconstruit, persiste sous la forme territorialisée et spatialisée d’une opposition toujours plus accentuée entre la ville et la nature, cela alors même que la condition urbaine est aujourd’hui une condition globale de nos environnements.

Notre projet, résolument interdisciplinaire, vise à proposer une philosophie écologique et sociale de la ville pensée en tant que nature, à partir d’une fusion entre philosophie sociale, sciences de l’environnement et théorie de l’architecture, ainsi qu’à développer des outils pragmatiques et collaboratifs pour penser les formes d’une architecture permettant de concilier la préservation de l’habitabilité de la Terre et les impératifs de justice sociale.

Investissements d'Avenir