Université de Strasbourg

Bertrand Dupé

Biographie

Université de Liège et FRS-FNRS, Belgique & Fellow USIAS à l'Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (IPCMS), université de Strasbourg et CNRS

Bertrand Dupé, USIAS Fellow 2019

Bertrand Dupé a obtenu sa thèse à l'École Centrale Paris en 2010 sur les propriétés diélectriques et magnétiques des couches minces multiferroïques. Après un projet postdoctoral d’une année au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), il s’est spécialisé dans l’étude théorique, dite ab initio, des matériaux magnétiques nanostructurés à l’université de Kiel (Allemagne) et au Centre de recherche de Jülich (Allemagne). Il a participé à un projet de recherche européen FET-Open (MAGicSKY-FET), en collaboration avec le groupe du professeur Albert Fert, sur l’étude du lien entre topologie et magnétisme.

En 2016, Bertrand Dupé a été recruté à l’université de Mayence en qualité de professeur remplaçant, où il est devenu chargé de recherche en 2017. Il a été recruté en 2019 en tant que chercheur qualifié au Fonds national de la recherche scientifique (FRS-FNRS) et anime à présent un groupe de recherche de cinq personnes sur les liens entre topologie et structure électronique à l’université de Liège.

Dans le cadre de ce projet, Bertrand Dupé sera accueilli par le professeur Paul-Antoine Hervieux au sein de l’Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (IPCMS).

Projet - Dynamique femto-seconde de charges et de spin dans les matériaux topologiques

01/12/2019 - 31/03/2022

Nos sociétés modernes sont fondées sur des réseaux de communication économes, rapides et sûrs. À l’échelle atomique, l’information est transmise par un constituant fondamental de la matière appelé l’électron. À la manière d’une rivière, les électrons s’écoulent dans la matière et leur accumulation ou leur dispersion est associée à la présence d’un bit de donnés 1 ou 0, respectivement.

Dans le présent projet, l'équipe de Bertrand Dupé envisage d’établir une nouvelle méthodologie pour décrire le transport de l’information sans déplacement de matière. Le vecteur d’information ne sera donc pas la charge de l’électron, mais son spin, ce qui accélérera considérablement sa vitesse. Elle prend comme postulat que la lumière et les spins peuvent être utilisés comme support de l’information. Pour étudier leurs interactions, elle envisage d’établir un outil numérique qui s'appuie sur la théorie de la fonctionnelle de la densité où la dynamique de la lumière, de la charge et du spin de l’électron seront traités sur un pied d’égalité. L'équipe explorera alors la dynamique de particules topologiquement protégées comme les skyrmions et les hopfions.

Biographie post-doc - Louise Desplat

Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (IPCMS), université de Strasbourg & CNRS

Louise DesplatLe Dr. Louise Desplat a obtenu sa licence en physique à l’université de Franche-Comté de Besançon (France) en 2013, suivie d’un master en matière condensée et nanophysique (MCN) à l’université de Strasbourg en 2015. Elle a ensuite obtenu un doctorat en physique de la matière condensée à l’université de Glasgow (Royaume-Uni) en décembre 2019. Initialement sous la direction du professeur Robert Stamps, ses travaux de thèse ont porté sur l’étude de la stabilité thermique des skyrmions magnétiques métastables, dans le cadre du programme européen FET-Open (MAGicSKY-FET). Durant sa thèse, elle a collaboré avec le professeur Dieter Süss de l’université de Vienne (Autriche), où elle a effectué deux visites de deux mois, et où elle a pu approfondir ses compétences sur la résolution numérique du problème de la stabilité thermique des nanostructures magnétiques. Ses deux principales approches ont été la théorie de Kramers (reaction rate theory) ainsi que la dynamique d’aimantation de Langevin dans le cadre de la méthode forward flux sampling (FFS). Elle a passé les deux dernières années de son doctorat au Centre de nanosciences et de nanotechnologies (C2N) de l’université Paris-Saclay à Palaiseau (France), sous la tutelle du Dr. Joo-Von Kim.

Louise Desplat a rejoint l’équipe du professeur Paul-Antoine Hervieux à l’institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg en mars 2020 en qualité de chercheuse postdoctorante, dans le cadre de ce projet porté par le Dr. Bertrand Dupé. Ses travaux se concentrent sur l’étude de la nucléation de skyrmions magnétiques sous impulsions laser ultrarapides en dynamique d’aimantation. En parallèle, elle s’intéresse également à la stabilité thermique des couches minces magnétiques, telles que celles utilisées en stockage magnétique.

Investissements d'Avenir