Université de Strasbourg

Yves Coppens

Biographie


Yves Coppens est un paléontologue français. Passionné par la Préhistoire depuis son enfance, il a commencé sa carrière de chercheur par quelques travaux de fouilles en Bretagne pendant ses années de collège, de lycée et d’université (études supérieures de sciences naturelles à Rennes, études doctorales de paléontologie à l’université de Paris-Sorbonne).

Entré au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1956, il monte à partir de 1960 d’importantes expéditions, d’abord seul, au Tchad, puis internationales en Ethiopie (vallée de l’Omo et désert de l’Afar) ainsi que de nombreuses missions en Algérie, en Tunisie, au Maroc, en Mauritanie, en Afrique du Sud, en Indonésie, aux Philippines, en Chine, en Sibérie, en Mongolie…

Les récoltes réalisées par ces campagnes sont importantes : des dizaines de tonnes de fossiles, parmi lesquels plus d’un millier de restes d’hominidés. S’ensuivent évidemment leur étude et leur interprétation : une hypothèse, confirmée depuis, propose une explication environnementale de la séparation préhumains-préchimpanzés il y a 10 millions d’années en Afrique tropicale (Coppens, 1981) ; une autre, confirmée également, une explication environnementale de l’émergence du genre Homo il y a 3 millions d’années (Coppens, 1975) ; une autre encore, une démonstration des vitesses différentielles de la nature et de la culture, en l’occurrence la prévalence à terme de l’acquis sur l’inné (Coppens, 1983), donnant à l’Homme sa liberté et sa responsabilité. Associé aux découvertes paléoanthropologiques les plus récentes, Yves Coppens se trouve avoir été signataire de 3 genres nouveaux et de 6 espèces nouvelles d’Hominidés, ce qui constitue un record.

Pendant ces années, Yves Coppens a gravi les échelons du CNRS, avant d’être appelé à un premier professorat au Musée de l’Homme. Nommé Professeur au Muséum national d’histoire naturelle, titulaire de la Chaire d’anthropologie biologique en 1980, il est élu professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire de paléoanthropologie et préhistoire, en 1983. Présent dans de nombreuses instances nationales et internationales gérant les disciplines de sa compétence, Yves Coppens est l’auteur de plus d’un millier d’articles les concernant.

Yves Coppens est membre de l’Académie des sciences et de l’Académie nationale de médecine (France), de l’Académie royale des sciences et de l’Académie royale de médecine (Belgique), de l’Académie malgache, de l’Académie Hassan II des sciences (Maroc), de l’Académie nationale des sciences et de l’Académie pontificale des sciences (Rome), de l’Académie de médecine (São Paulo), de l’Académie des sciences d’Afrique (Abidjan), Honorary Fellow du Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland et Foreign Associate de la Royal Society d’Afrique du Sud (entre autres).

Titulaire de nombreuses distinctions et lauréat de nombreux prix nationaux et internationaux, Yves Coppens a donné son nom à un astéroïde et à beaucoup d’établissements, universités, collèges, écoles, bibliothèques, médiathèques, laboratoires, amphithéâtres, salles, promotions ainsi qu’à la Chaire d’archéologie de l’université de Recife au Brésil. Il est docteur honoris causa des universités de Chicago, Bologne, Liège, Mons..., Grand Officier de la Légion d’Honneur, Grand Officier de l’Ordre national du mérite, Commandeur des Palmes académiques, Commandeur des arts et des lettres, Commandeur de l’Ordre du mérite de la Principauté de Monaco, Officier de l’Ordre national du Tchad. Il est encore Citoyen d’honneur de 31 villes et a été Président de la Commission de rédaction de la Charte de l’environnement, entrée dans le préambule de la Constitution française en 2005.

Parmi ses responsabilités actuelles, retenons qu’il est Président du Conseil scientifique international de Lascaux, Président du Comité international des monuments mégalithiques de Bretagne, Président du Comité scientifique international du Musée d’anthropologie préhistorique de Monaco (entre autres), et qu’il vient d’être nommé par le ministère de la Culture « nouveau prix de Rome » à la Villa Médicis à Rome.

Investissements d'Avenir