Université de Strasbourg

Séminaire Fellows – La génétique de la drosophile comme outil de décryptage de la réponse immunitaire innée

Le 25 mars 2021
De 12h30 à 14h00

Par Nicolas Matt, Fellow 2018

Chez les métazoaires (organismes animaux multicellulaires) la protection contre les microorganismes met en jeu des lignes de défense passives et actives. Chez les insectes, la cuticule externe chitineuse protège les organismes contre l'environnement extérieur et représente un moyen de protection passif. En dehors de cette armure physique, les insectes sont pourvus d’une immunité innée. Cette dernière est commune à l’ensemble des métazoaires, il s’agit du système immunitaire le plus ancien en termes d'évolution. Chez les vertébrés l’immunité innée est doublée d’un système immunitaire adaptif. 

Fonctionnellement chez l’insecte, l’immunité innée est basée sur la reconnaissance des motifs pathogènes tels que le peptidoglycane. Cela conduit à l'activation d'une réponse immunitaire par (i) la synthèse systémique ou locale de peptides anti-microbiens (AMPs) et (ii) la phagocytose des envahisseurs. L'expression des gènes codant pour les AMPs sont sous le contrôle de la famille du facteur nucléaire kappa B (NF-kB).

Chez l'humain, une régulation aberrante des voies NF-kB est fortement suspectée dans de nombreux cancers et maladies inflammatoires chroniques. Des efforts ont été déployés dans le développement de molécules médicamenteuses interférant avec la signalisation NF-kB lors de maladies inflammatoires. Cependant, la désactivation de l'ensemble des voies NF-kB peut entraîner de nombreux effets indésirables, ce qui souligne la nécessité de comprendre s'il est possible de découpler l’activation des gènes anti- et pro-inflammatoires pour ne cibler préférentiellement que ces derniers.

La mouche à fruits Drosophila s'est déjà révélée être un outil puissant pour déchiffrer les maladies humaines liées principalement au cancer et aux troubles neurologiques. En utilisant la drosophile comme modèle, nous avons identifié de nouvelles molécules représentant le « chaînon manquant » pour la compréhension de la complexité et de la sélectivité de la signalisation NF-kB au cours de la réponse immunitaire innée.

Image: Drosophila: Small fly, BIG impact, d'un court métrage éducatif du Manchester Fly Facility.

 


Investissements d'Avenir