Université de Strasbourg

Comprendre la circulation des savoirs anciens dans la Chine médiévale à l’aide des nouvelles technologies

16 septembre 2021

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Book_of_Odes_Dainembutsuji.jpg

Marie Bizais-Lillig, Fellow USIAS 2021, s’appuie sur les technologies modernes des bases de données et de l’analyse computationnelle afin d’identifier les liens intertextuels dans les textes de la Chine médiévale.  

Dans la Chine impériale, la société des lettrés s’établit dans une véritable culture des textes de référence et de l’art d’écrire. La capacité à composer selon des règles précises s’avère alors essentielle aux rituels, aux institutions politiques, aux interactions sociales et à la reconnaissance personnelle. Parmi d’autres ressorts rhétoriques, les textes de la période médiévale (IIIème-Xème siècle) font tout particulièrement usage de l’intertextualité – c’est-à-dire de l’emprunt de fragments de textes plus anciens afin d’en composer de nouveaux. Ce phénomène a été documenté pour les textes littéraires, notamment la poésie. Cependant, les précédents travaux de Marie Bizais-Lillig suggèrent que l’intertextualité lie entre eux des textes d’un ensemble bien plus large que le simple corpus littéraire.

Afin de confirmer les résultats de recherches menées sur des cas isolées, elle a donc décidé de s’engager dans une étude plus systématique du phénomène intertextuel à travers un corpus constitué de commentaires, de dictionnaires, d’encyclopédies et de poèmes antiques et médiévaux. C’est en identifiant comment des fragments textuels précis apparaissent à travers ce large corpus qui était mobilisé dans son ensemble pour l’éducation, l’érudition et la transmission des savoirs, qu’elle cherchera à comprendre comment circulait l’information parmi les lettrés chinois.

En vue d’analyser ces textes nombreux et variés, Marie Bizais-Lillig a choisi de s’appuyer sur les technologies modernes, de constituer une base de données et de développer des outils informatiques de fouille de textes, un projet pour lequel elle a obtenu un Fellowship USIAS qui débute en septembre 2021. Plus tôt dans l’année, elle a été interviewée au sujet de son projet par Marion Riegert pour L’actualité de la recherche, une publication de l’université de Strasbourg.

Consulter l’article résultant de l’entretien : « Le Classique des poèmes », de la poésie au manuel

Lien vers le projet USIAS : Le rôle de la poésie dans l’économie des savoirs de la Chine médiévale

Investissements d'Avenir