Université de Strasbourg

Moreno Andreatta

Biographie

Institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM), CNRS UMR 9912 – Sciences et technologies de la musique et du son (STMS) et université Pierre et Marie Curie (UPMC), Paris, France & Fellow USIAS à l'institut de recherche mathématique avancée (IRMA) de l'université de Strasbourg

DiplMoreno Andreatta, USIAS Fellow 2017ômé en mathématiques de l’université de Pavie et en piano du conservatoire de Novara (Italie), Moreno Andreatta a obtenu son doctorat en musicologie computationnelle à l'EHESS (École des hautes études en sciences sociales) de Paris pour sa thèse sur les méthodes algébriques en musique et musicologie du XXe siècle (2003). Ancien boursier de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la vocation (bourse européenne en 2000), il est membre fondateur du Journal of Mathematics and Music (Taylor & Francis) et vice-président de la Society for Mathematics and Computation in Music (depuis 2007). Codirecteur des collections « Musique/Sciences » (IRCAM/Delatour) et « Computational Music Sciences » (Springer), il est directeur de recherche au CNRS dans l’équipe Représentations musicales de l’IRCAM où il travaille sur les liens entre mathématiques et musique aussi bien dans la musique savante que dans la musique populaire (rock, pop, jazz et chanson). Auteur d’une cinquantaine de chansons en plusieurs langues, principalement sur des textes de poètes tels que Pablo Neruda, Mario Benedetti, Virginia Woolf, Wystan Hugh Auden, Rainer Maria Rilke, Pier Paolo Pasolini, Guido Gozzano, Gabriele D’Annunzio, Henri Pichette, François Minod, Antonia Soulez, Salah Al Hamdani, Leonardo Mello..., il enseigne les modèles formels dans la musique pop dans le cadre de la licence « Chanson d’expression française » à l’université de Bordeaux 3 ainsi que les modèles mathématiques en musicologie computationnelle au sein du master ATIAM (Acoustique, traitement du signal et informatique appliqués à la musique), dont il est le coordonnateur. Il est actuellement chercheur invité à l'IRMA (Institut de recherche mathématique avancée) de l’université de Strasbourg.

Projet - Recherche structurelle d'information musicale (SMIR) : introduction de l'algèbre, de la topologie et de la théorie des catégories en musicologie computationnelle

Mai 2017 - avril 2019

Malgré la longue histoire des rapports entre la musique et les mathématiques, l'intérêt des mathématiciens pour ce domaine est un phénomène relativement récent. Contrairement aux méthodes statistiques et basées sur le signal, couramment utilisées dans la Music Information Research, le projet SMIR met l'accent sur la nécessité d'introduire une approche multidisciplinaire structurelle en musicologie computationnelle faisant appel à des mathématiques avancées. Le projet articule trois disciplines mathématiques : l'algèbre, la topologie et la théorie des catégories. Il ouvre ainsi des perspectives nouvelles sur des défis majeurs dans ce domaine de recherche, en particulier la classification stylistique automatique ou la résolution de conjectures ouvertes en mathématiques, ce qui requiert des collaborations nouvelles entre mathématiciens, informaticiens, musicologues et compositeurs.

Le projet SMIR diffère également des applications traditionnelles des mathématiques à la musique en ce qu’il cherche à jeter des ponts entre genres musicaux différents issus de la musique contemporaine et de la musique populaire, incluant le rock, la pop, le jazz et la chanson. Il vise à créer un environnement de recherche unique à l'université de Strasbourg,  au sein duquel les mathématiciens pourront collaborer avec des informaticiens, musicologues et compositeurs. De nouvelles méthodes mathématiques basées sur l'algèbre, la topologie et la théorie des catégories sont proposées dans l'objectif de mettre en évidence des propriétés musicales sous-jacentes, ouvrant ainsi des directions de recherche stratégiques en musicologie computationnelle via une approche résolument interdisciplinaire. Ces pistes de recherche seront intégrées dans un environnement informatique original, renforçant ainsi la transmission scientifique et pédagogique auprès du grand public. Si les mathématiques ont largement montré leur pertinence et leur généralité en théorie de la musique et en analyse musicale, le projet SMIR s'attache à montrer que l'on peut inverser les rôles, ce qui permet à la musique d'occuper une place stratégique dans le développement des mathématiques via la résolution de conjectures ouvertes à partir de constructions musicales.

Le projet SMIR pourra ainsi contribuer à l'émergence de nouvelles approches structurelles au sein de la Music Information Research, approches basées sur l'articulation entre différentes disciplines mathématiques comme l'algèbre, la topologie et la théorie des catégories. Il propose d'aborder les aspects computationnels des processus musicaux en dépassant les barrières entre genres et en mettant sur le même plan les musiques savantes et celles issues des traditions populaires. Le développement d'environnements informatiques au service de la musique sera une condition nécessaire pour permettre la comparaison systématique entre des constructions théoriques et des modèles computationnels. Cela ouvrira non seulement de nouvelles formes de collaboration entre mathématiciens, informaticiens, musicologues et compositeurs, mais constituera également une contribution importante à l'émergence de nouvelles approches pédagogiques dans la recherche « mathémusicale », permettant une transmission des résultats obtenus au-delà du cercle des spécialistes.

Investissements d'Avenir